Après la création
Optimiser son démarrage Les relations avec la banque


Vos premiers mois d’activité sont prometteurs : le chiffre d’affaires décolle et se situe même au-delà de vos espérances. Mais cela ne se fait pas sans effort et vous devez passer de très longues journées en dehors de votre entreprise.
Cette activité vous amène inévitablement à négliger l’administratif.
C'est à la réception de votre relevé de compte ou par un appel de votre banquier que vous réalisez brusquement une baisse sensible de vos avoirs. Vous vous rassurez en pensant que vous avez de "l’argent dehors" mais vous devez rapidement mettre les mains dans la "paperasse" et trouver les bons moyens de corriger cette dérive.
Conseil n°1 : effectuez régulièrement des remises à votre banque.
Votre courrier doit bien receler quelques chèques (ou quelques traites) qui vous permettront d’effectuer une remise dès le lendemain. Vous rassurerez ainsi votre banquier et vous éviterez de payer vos premiers agios. Car un découvert n’est pas sans coût : "Le temps c’est de l’argent !" Aussi, un détour à votre agence bancaire est à privilégier par rapport à un envoi par la poste qui retarderait votre versement d’un à quelques jours. Désormais suivez donc votre comptabilité et interrogez régulièrement votre compte bancaire.
Conseil n°2 : demandez des acomptes à la commande, établissez régulièrement vos factures et accélérez leur paiement.
L’acompte à la commande est couramment pratiqué et aucun entrepreneur ne peut se dispenser de réclamer le paiement d’une quotité de 20 à 30% de la commande. Les fonds encaissés vous permettront d’assurer les paiements liés à la phase de fabrication.
Dès que vos livraisons sont effectuées, établissez sans tarder la facturation. Au besoin consacrez quelques minutes en fin de journée à cette tâche ou faites-vous aider.
Si, en facturant rapidement, vous mettez de votre côté toutes les chances d'être payé rapidement, il se peut cependant que vous ayez à relancer certains de vos clients. Surtout, soyez ferme avec les mauvais payeurs et posez-vous la question de l'intérêt de les conserver parmi votre clientèle. Enfin, sachez qu'il existe des structures dont le métier est de recouvrer les créances litigieuses : les cabinets de recouvrement.
Conseil n°3 : quand un de vos clients (entreprise) vous demande un délai de paiement, sachez limiter sa durée et établissez si possible une traite (lettre de change-relevé).
Le délai de paiement est fréquemment demandé dans les négociations interentreprises. Malgré les efforts du législateur, le délai de paiement moyen demeure encore élevé en France mais un refus du fournisseur d’accorder un délai à son client peut aboutir à l'échec de la vente. Il faut donc savoir être souple sans mettre en péril sa propre trésorerie.
Aussi, le droit français permet d’incorporer la créance dans un effet de commerce (encore appelé « traite » ou « Lettre de Change-Relevé » LCR) en lui donnant une date de paiement certaine : l’échéance. Dans la pratique, des logiciels permettent d’établir une facture et une traite sur le même document (2/3 de page pour la facture, 1/3 pour la LCR).
Conseil n°4 : trouvez avec votre banquier un moyen d’anticiper les règlements de vos clients.
Plus votre chiffre d’affaires progressera, plus vos besoins de trésorerie augmenteront. Il convient donc de rechercher rapidement avec votre Conseiller bancaire une solution simple et efficace pour gérer et financer votre poste clients.
Le découvert n’a pas pour fonction d’anticiper vos encaissements.. Par contre, l’escompte de LCR est une solution satisfaisante, de coût limité, et vous évite de suivre l’encaissement de vos factures. Il existe également la formule de l'affacturage qui vous permet d’externaliser la gestion de votre poste clients, vous dégageant ainsi de tout souci : renseignements actualisés sur la solvabilité de la clientèle, encaissement des créances, garantie de paiement, financement et coût sont à définir en fonction de vos besoins.



3955 : De 8h à 22h en semaine et jusqu’à 20h le samedi. Depuis l’étranger
+33 (0) 8 10 01 3955. Tarif au 01/01/2017 en vigueur.